De quoi s’agit-il ?

IHR2019_digital-inclusion-2-3

L’inclusion numérique ne se résume pas au nombre de personnes qui ont accès à Internet. Il s’agit de savoir si celui-ci se révèle sûr et pertinent pour tous.

Une question cruciale pour la santé d’Internet demeure : comment créer un monde numérique réellement inclusif ?

Le secteur technologique lui-même se trouve aux prises avec ce défi et sa responsabilité, de plus en plus souvent dans l’espace public. De nombreuses entreprises du domaine ont fait l’objet d’accusations très médiatisées selon lesquelles leurs services facilitent la discrimination et le profilage. L’année dernière a été marquée par une vague de protestations de la part des employés des géants du secteur qui visaient, pour beaucoup, l’annulation de contrats que certains employés jugeaient contraires à l’éthique. Le personnel d’Amazon et les experts en intelligence artificielle ont demandé à l’entreprise de cesser de vendre des logiciels de reconnaissance faciale partiaux et défectueux aux autorités de maintien de l’ordre. Une lettre, signée par plus de 100 employés de Microsoft, exigeait que l’entreprise « adopte une position éthique » et annule son contrat avec les services d’immigration et des douanes des États-Unis. Jusqu’à présent, ces exigences n’ont pas été satisfaites.

Difficile d’imaginer un monde numérique vraiment inclusif alors que les entreprises responsables d’une si grande partie de son infrastructure présentent un mauvais bilan en matière d’inclusion. Nous avons assisté à certains progrès : lorsque plus de 20 000 employés de Google ont débrayé à la suite de la gestion contestée des cas d’inconduite sexuelle, certaines demandes ont été satisfaites, non seulement par Google, mais aussi par Facebook, eBay et Airbnb. Pourtant, les entreprises n’ont pas apporté l’ensemble des changements réclamés par les manifestants et beaucoup reste à faire pour que l’industrie technologique devienne un espace sûr et accueillant.

La Silicon Valley se trouve généralement au centre de l’attention du grand public, mais de nombreux torts sont à déplorer ailleurs dans le monde. Dans des usines chinoises, malaisiennes, brésiliennes et d’autres pays, des ouvriers fabriquent des téléphones portables, des montres intelligentes et du matériel dans des conditions épuisantes et souvent dangereuses, pour un maigre salaire. De grandes plateformes telles que Facebook et Twitter sous-traitent la modération de contenu à des travailleurs à bas revenus, dont beaucoup éprouvent des symptômes de traumatisme, causés par le visionnement de milliers d’images perturbantes et violentes chaque jour.

Les employés du secteur technologique qui s’organisent et défendent l’inclusion au sein de leur entreprise représentent un développement positif pour la santé d’Internet. Mais ce pas en avant semble petit devant les menaces qui pèsent sur l’inclusion numérique à plus large échelle. En effet, les auteurs de menaces et d’intimidations en ligne agissent ainsi avec la volonté de réduire au silence les femmes, les personnes non binaires et les personnes de couleur. Près de deux tiers des femmes journalistes indiquent avoir été victimes de harcèlement en ligne. Nous manquons toujours de meilleures solutions pour faire face aux discours haineux.

Toutefois, nous apprenons également de bonnes nouvelles : les codes de conduite, depuis longtemps considérés comme des outils essentiels pour l’autonomisation des personnes sous-représentées dans les logiciels libres, sont de plus en plus intégrés dans les projets à code source ouvert. En seulement cinq ans, des milliers de projets à code source ouvert ont adopté un code de conduite particulier, le Contributor Covenant.

L’accès reste également un enjeu fondamental pour l’inclusion. Le fait que plus de la moitié de la population mondiale dispose d’un accès à Internet mérite que nous nous en réjouissions. Toutefois, en matière de connectivité, le fossé qui sépare les pays les plus riches et les plus pauvres ne s’est pas réduit au cours de la dernière décennie. La connexion la plus lente du monde s’avère aussi la moins abordable et les femmes sont encore beaucoup moins nombreuses que les hommes en ligne.

De toute évidence, l’égalité ne s’obtiendra pas par hasard. Le chemin vers la création d’un monde numérique accueillant pour tous reste long.

Quels éléments vous importent à ce sujet ?

Laissez le premier commentaire !

Consulter les Directives relatives à la participation communautaire de Mozilla : [English | Español | Deutsch | Français]. Cet espace de commentaires fait l’objet d’une modération. Tout commentaire blessant ou hors sujet sera supprimé.