Est-ce sûr ?

Les questions de sécurité sur Internet nous concernent tous. Nous devrions être en mesure de comprendre comment sont traitées nos données et de contrôler leur utilisation.

De nos téléphones aux bases de données gouvernementales dans lesquelles nous sommes identifiés, la sécurité numérique représente à l’échelle personnelle un enjeu personnel toujours plus important. Sans ne rien avoir à cacher, nous pouvons refuser d’être la cible de publicités agressives ou de pratiques de surveillance.

Nos activités sur le Web sont enregistrées, les caméras transmettant des informations en ligne omniprésentes dans les villes et les appareils connectés toujours plus nombreux dans nos maisons. Ces innovations ont donné lieu à un nombre incroyable de commodités et de services « gratuits », mais leur utilisation génère des données traitées, archivées et exploitées à des fins de marketing et de surveillance.

Nous faisons aujourd’hui face à des risques inconcevables il y a une décennie. De nombreux gouvernements et entreprises acquièrent des données et les utilisent sans tenir compte des intérêts des citoyens. Malheureusement, les entités auxquelles nous faisons confiance pour la gestion de nos données nous déçoivent parfois.

Une meilleure sécurité et plus de choix, tel est l’antidote à une perte de confiance dans les services en ligne. Nous devons militer pour l’application de pratiques plus respectueuses en matière d’utilisation de données, à savoir une limitation du nombre de données collectées et enregistrées en premier lieu.

Afficher les données

Positif

La sensibilisation du public au sujet de la protection de la vie privée, menacée dans la sphère numérique, semble s’accroître. Une bonne nouvelle, puisque cette première étape est nécessaire pour défendre nos droits et de meilleurs services. Les législateurs de nombreux pays s’engagent de manière positive sur les questions de protection de la vie privée en ligne, en particulier en Europe.

Des centaines de millions de personnes se responsabilisent en installant des bloqueurs de publicité. La sécurité figure parmi les trois raisons le plus souvent citées pour l’utilisation de ces outils, car les publicités constituent un canal de transmission de logiciels malveillants. Cela représente un défi pour les éditeurs, mais aussi une forte motivation pour l’industrie à améliorer la publicité en ligne.

De plus en plus d’applications de messagerie, dont WhatsApp, proposent le chiffrement de bout en bout, à savoir une protection contre les tiers indiscrets, y compris les fournisseurs de services.

Le chiffrement du trafic web connaît également une augmentation, notamment grâce au lancement de Let’s Encrypt, une nouvelle autorité de certification offrant la possibilité de déployer facilement et gratuitement le protocole HTTPS pour n’importe quel site web. Cette technologie participe à la protection de la vie privée des internautes et apporte certaines garanties contre le risque d’afficher de fausses pages. Les moteurs de recherche et les navigateurs favorisent l’adoption du protocole HTTPS en récompensant désormais subtilement les sites web qui l’emploient.

La plupart des internautes ignorent que les communications sur Internet seront mieux sécurisées et possiblement plus rapides, avec la prochaine version du protocole cryptographique Transport Layer Security (TLS 1.3) utilisé pour sécuriser les communications entre les navigateurs web et les serveurs.

Négatif

En 2013, le lanceur d’alerte étasunien Edward Snowden ouvrait les yeux du monde sur la portée de la surveillance numérique de masse exercée par les gouvernements, même dans des pays démocratiques. Depuis, les réglementations relatives à la surveillance font l’objet d’une plus grande attention de la part du grand public. Toutefois, cela n’a pas empêché la Grande-Bretagne, le Pakistan, la France et plusieurs autres pays de proposer l’extension de leurs pouvoirs d’espionnage.

Alors que les voitures, les réfrigérateurs, les jouets et tous types d’appareils se connectent à Internet, les risques de surveillance et d’attaques augmentent. En novembre 2016, le logiciel malveillant Mirai a mobilisé 100 000 appareils connectés, dont des webcams et des babyphones, dans une attaque par déni de service distribué qui a brièvement bloqué l’accès à plusieurs parties d’Internet. Les propriétaires des appareils concernés ne sauront peut-être jamais, ou se fichent, de ce qui s’est passé. La fabrication d’appareils bon marché et non sécurisés se poursuivra, sauf si des normes de sécurité, des règles et des mesures relatives à la responsabilité sont définies.

Les fuites de données peuvent livrer en pâture les mots de passe de millions de personnes lorsque les données sont publiées en ligne ou vendues au plus offrant. Malheureusement, les fuites peuvent passer inaperçues pendant des années, même lorsqu’elles concernent un milliard de comptes. En d’autres termes, vous pourriez ne jamais découvrir la source d’une usurpation d’identité à l’origine de la chute de votre cote de crédit.

Les rançongiciels qui prennent le contrôle d’ordinateurs et réclament un paiement immédiat pour éviter la suppression de données représentent une industrie criminelle de plusieurs millions de dollars qui ciblent aussi bien des hôpitaux, des écoles et des entreprises que des internautes anonymes et qui s’attaqueront peut-être un jour à des infrastructures critiques. Il suffit d’un clic dans un courrier électronique qui semble légitime pour causer de véritables dégâts.

Pronostic

Internet dépend de la sécurité et de la confiance de ses utilisateurs pour fonctionner sainement. Est-ce que les mesures de sécurité et de protection de la vie privée développées pour les logiciels, les réseaux et les appareils seront à la hauteur des menaces ? Nous devons en appeler aux gouvernements et aux concepteurs de logiciels pour nous assurer que ce soit le cas.

Nos interactions quotidiennes génèrent des traces numériques indélébiles dans une série de bases de données gouvernementales et d’entreprises. Au niveau personnel, nous devrions prendre des précautions relatives aux noms d’utilisateur et aux mots de passe, jusqu’à ce que nous disposions d’une meilleure forme d’authentification.

Surtout, nous devrions être plus critiques sur les informations que nous partageons intentionnellement. Est-ce que votre profil, créé il y a 6 ans, sur un site de rencontres sera supprimé un jour ? Pendant combien de temps les publicités en ligne que vous voyez vous pistent ? S’informer sur les conditions relatives à la confidentialité des plateformes en ligne est loin d’être aisé. En effet, elles n’emploient généralement pas des termes compréhensibles pour la majorité des internautes.

La technologie peut être une véritable source de liberté et d’émancipation, mais elle peut également servir d’outil de contrôle autoritaire. Où que nous soyons, nous devons mettre un terme à la capacité des gouvernements et des entreprises d’archiver chaque mouvement et chaque mot, pour notre bien actuel et futur.

Articles mis en avant

De la surveillance à la création artistique

L’utilisation des données provenant du Web et des médias sociaux pour définir le cadeau approprié à chaque Néerlandais.

Apprenez-en davantage icon-arrow-right
Un Web plus sûr avec Let’s Encrypt

Un nouvel outil facile à utiliser qui reflète une grande ambition : chiffrer l’intégralité du trafic web.

Apprenez-en davantage icon-arrow-right

Data visuals

Opinion publique

Attitudes concernant la protection des données en ligne

Les internautes souhaitent avoir un contrôle sur les informations qu’ils partagent, mais n’en ont pas la possibilité.

Les systèmes numériques partagent nos préférences personnelles sur Internet, sans que nous ne sachions réellement avec qui. US Research montre que la protection des données en ligne est considérée « très importante », même par les personnes ne possédant pas les compétences de se protéger. Les perceptions varient selon les régions. Toutefois, si nous réussissons à sensibiliser l’opinion publique à ce sujet, nous pouvons garder espoir.

Protection des données

Lois relatives à la protection des données personnelles

Près d’un tiers de la population mondiale ne bénéficie d’aucun droit relatif à la protection des données.

Près de la moitié des pays, dont la majeure partie de l’Asie, de l’Afrique et des États-Unis ne dispose pas de lois définissant les droits à la vie privée ou de règles fixant la juste utilisation des données personnelles. L’Union européenne possède de fortes protections et dans de nombreux autres pays la législation nationale sera adaptée.

Chiffrement

Développement du protocole HTTPS

Un nombre de sites web en forte croissance utilise désormais le protocole HTTPS pour chiffrer le trafic.

Le cadenas affiché dans la barre d’adresse de votre navigateur gagne du terrain puisque près de 50 % des pages web offrent désormais une connexion sécurisée (contre 40 % début 2016). L’utilisation du protocole HTTPS ne se limite plus aux transactions bancaires et commerciales. L’intégralité de la navigation web devrait être chiffrée.

Fuites de données

Augmentation de la vulnérabilité en ligne

Les fuites de données ont touché des centaines de millions de comptes entre 2013 et 2016.

Parfois, un vol de données passe inaperçu, jusqu’au moment où des identifiants, des mots de passe et d’autres informations personnelles sont mises en vente en ligne. Les fuites de données gagnent en importance et deviennent de plus en plus fréquentes. Devons-nous craindre une épidémie menaçant la sécurité ? En décembre 2016, Yahoo a signalé le plus grand vol de données : un milliard de comptes.

Données sensibles

Vol de données dans différents secteurs

Les vols de données dans les secteurs médicaux et de la santé ont explosé au cours des 3 dernières années.

À en croire les chiffres aux États-Unis, nous pouvons constater les risques liés aux nouveaux secteurs se tournant toujours plus vers la technologie sans l’expérience en matière de sécurité ou le budget nécessaires. Internet offre de belles opportunités d’améliorations pour la gestion de la santé, mais cela s’accompagne de grands risques personnels à l’échelle internationale. Qui pèse les pour et les contre ?

Leave a Reply

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
coco
Invité
coco

coco y dit pas qui faut pas ce battre,mais pas dans une parcelle….
hey coco regarde le monde…! vie privée et sécurité ? lol
déjà vivre dans une yourte pour sois même et par soi même c’est chaud lol

coco
Invité
coco

et les cartes bancaire ? et autres supercheries ? on en parle ? cela fait peur ? lol ta peur du monde…

Gérard C
Invité
Gérard C
Quelques réflexions qui me taraudent. C’est bien que les échanges soient cryptés, oui mais on ne sait plus ce qui transite dans le flux d’information. Peut-être que des informations plus lourdes transitent à notre insu, ce qui pose la question « pourquoi tant d’organismes veulent-ils imposer leur navigateur », pourquoi Google veut-il imposer Chrome, Apple Safari, Microsoft Edge ? On mets en évidence la vitesse d’exécution et divers gadgets mais on s’en fout. Les protocoles d’échanges sont définis et sont suffisants, alors pourquoi ? Un navigateur, c’est du code, qui peut être savant et compliqué, mais ce code voit TOUT ce que… Read more »
Thibaud Veyssiere
Invité
Thibaud Veyssiere

Juste, à la base chrome viens de chromium, alors installe le si tu veux plus de vie privée 😉

wpDiscuz