C’est ouvert ?

Comprenez « ouvert » comme utilisable par tout le monde, sans devoir demander d’autorisation, et exécuté au moyen de technologies transparentes et claires.

Une grande partie des projets intéressants accessibles via Internet existent grâce à la présence d’un système ouvert, que chacun a le loisir d’utiliser librement à des fins d’apprentissage et de création.

Les blocs de construction techniques qui rendent cela possible, à savoir les normes au cœur du Web telles que les langages HTML ou JavaScript, sont comme des briques Lego pour l’humanité : n’importe qui peut les utiliser et en faire des constructions. Il est facile d’oublier que les précédentes ères de la communication nécessitaient par exemple une coûteuse presse ou une licence de diffusion. Sans cette évolution, des plateformes comme Wikipédia, Facebook ou WordPress n’auraient jamais vu le jour et connu un tel essor.

Désormais, nous nous trouvons face à une question centrale : est-ce que la structure ouverte d’Internet va résister ou s’étioler ? En matière de politiques, les menaces se multiplient, par exemple dans le domaine du droit d’auteur. De plus, certaines nouvelles technologies, liées par exemple à l’apprentissage machine ou à l’Internet des objets, ne reposent pas sur le même modèle de normes ouvertes que le Web.

De grandes inventions sont encore imaginées dans des garages, des sous-sols et des chambres d’étudiants, qu’il s’agisse de réseaux sociaux, de musique, de mèmes ou de mouvements politiques historiques, mais le risque existe que l’ouverture à laquelle nous nous sommes habitués diminue avec le temps.

Afficher les données

Positif

N’importe quel internaute peut créer un site web et tous les sites sont traités équitablement par Internet. Il existe désormais plus de 1,1 milliard de sites et ce nombre augmente chaque seconde.

Les modes créatifs de partage, de retraitement et de distribution des contenus en ligne sont toujours plus nombreux. Creative Commons, l’organisation de licences ouvertes de propriété intellectuelle, estime que le Web héberge plus d’un milliard de travaux sous licence CC qui encouragent la réutilisation de textes, de photos et de musique.

Les idéaux d’ouverture d’Internet font des incursions sur de nouveaux territoires : de la gestion d’organisations à la création de mouvements en passant par l’organisation de gouvernements. De plus en plus d’informations publiques relatives aux budgets et aux statistiques sont partagées en ligne dans des formats ouverts, même dans des pays où la liberté d’expression est limitée. En outre, de nombreux gouvernements régionaux et nationaux, y compris en Inde, au Royaume-Uni et aux États-Unis, emploient des logiciels open source pour réduire les coûts et faciliter la réutilisation de logiciels entre les départements.

Les logiciels open source constituent la plus grande partie des blocs de construction composant le Web (la plupart des serveurs Internet du monde sont exécutés au moyen de logiciels tels que Linux ou Apache) ainsi qu’une section essentielle des stratégies technologiques de grandes entreprises comme Google, Facebook ou Amazon.

Négatif

En matière de réglementations, Internet est constamment menacé, aussi bien à l’échelle nationale qu’internationale. Cette année, en Europe, le Web est à la merci des législateurs qui devront décider si la publication de liens vers des articles d’informations sans autorisation doit être considérée comme une enfreinte au droit d’auteur.

Certaines lois sur le droit d’auteur sont simplement désuètes par rapport à nos activités numériques actuelles. D’autres s’opposent dès leur création aux ambitions d’ouverture. Les réglementations relatives à la propriété intellectuelle, négociées à huis clos dans le cadre d’accords commerciaux internationaux, tels que le traité de libre-échange transatlantique (TTIP ou TAFTA), peuvent avoir des conséquences néfastes sur l’ouverture, la protection de la vie privée et les normes relatives aux données à l’échelle internationale.

Dans leur bataille contre le piratage, les grandes maisons d’édition et les détenteurs de droits de films, de livres et de musique en Europe et aux États-Unis utilisent des logiciels de gestion des droits numériques (en anglais DRM pour Digital Rights Management) afin de restreindre les possibilités de copier ou de modifier des contenus protégés par des droits d’auteur dans des navigateurs web. Malheureusement, il s’agit d’un système fermé qui pourrait contenir des failles de sécurité, et il peut limiter la liberté d’utiliser le contenu acheté selon ce qui est autorisé par la loi, par exemple en le visionnant sur l’appareil de votre choix.

Si vous travaillez dans l’innovation, attention aux « chasseurs de brevets ». Ces compagnies qui attaquent en justice des entreprises légitimes pour des sommes astronomiques sur des brevets douteux. Aux États-Unis, en Europe et en Russie en particulier, ils font trembler les développeurs de technologies et de logiciels. Mettre fin à la guerre des brevets et appeler à une réforme nous offrirait la possibilité d’aider un plus grand nombre d’innovations à prospérer plutôt que gêner leur développement.

Pronostic

L’innovation ouverte sur Internet se trouve menacée par de mauvaises politiques, par la dévaluation des normes communes et par la fragmentation du Web.

Des milliards de nouveaux appareils se connectent à Internet dans les maisons, les villes, les espaces publics et privés, mais généralement les logiciels propriétaires sont préférés aux normes ouvertes et à l’interopérabilité, entraînant une fragmentation ainsi que des coûts de développement et des risques liés à la sécurité plus élevés pour l’Internet des objets.

Il est nécessaire de militer en faveur de pratiques open source, de transparence et de normes pour toutes les nouvelles technologies d’Internet, y compris la réalité virtuelle, l’intelligence artificielle et l’apprentissage machine (données d’entraînement comprises), entre autres pour garantir qu’elles fonctionnent aussi correctement sur le Web.

Il faut que plus d’internautes, de gouvernements et d’entreprises intègrent la composante open source à leurs réflexions et leurs pratiques. Si ce n’est pas le cas, elle se dégradera progressivement. Enfin, il faut également que davantage de personnes reconnaissent que c’est cela qui a permis toutes les principales réussites que nous attribuons à Internet aujourd’hui.

Articles mis en avant

Déploiement d’un réseau mobile communautaire

30 communautés rurales et autochtones d’Oaxaca, au Mexique, ont désormais accès à la téléphonie mobile.

Apprenez-en davantage icon-arrow-right
Votre selfie devant la tour Eiffel

La réglementation européenne en matière de droit d’auteur présente de nombreuses incompatibilités avec notre mode de vie connecté.

Apprenez-en davantage icon-arrow-right

Visualisation des données

Droit d’auteur

Partage pour la bonne cause

Deux tiers des pays ne disposent pas de clauses d'« utilisation équitable » ou d'« usage acceptable » concernant le droit d’auteur.

Les lois relatives à la propriété intellectuelle limitent la créativité et l’innovation si elles sont trop restrictives quant au partage et à la réutilisation, spécialement pour à des fins d’éducation et à but non lucratif, autorisés par les clauses d’« utilisation équitable ». Nous devons réformer les lois obsolètes et soutenir les projets de licences alternatives, tels que Creative Commons.

Données ouvertes

Transparence par la liberté d’expression


Chaque année, un nombre croissant de gouvernements rendent des données accessibles au public via Internet.

Les données relatives aux budgets, aux résultats d’élection et aux recensements peuvent offrir de précieuses informations aux citoyens, aux législateurs et aux journalistes. La manière dont ces données sont publiées a une aussi grande importance que le type de données publiées. Lorsque la population possède le droit de savoir, des bonnes innovations suivent.

Leave a Reply

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Sahraoui
Invité
Sahraoui

Where is the Western Sahara territory on your map ???
Can’t see it ….. only Morocco one !!!
Do you really trust in freedom so ?

Moroccan
Invité
Moroccan

there is nothing called « western sahara », finally everyone understood
how does it feel 😀
lahyn3ltbnmk

BIO NOW PROJECTS
Invité

Bonjour,

Je ne sais pas si le bon endroit pour vous laisser ce commentaire.

J’aimerais simplement savoir comment « coder »,utiliser « HTML » ou Java Script ».

Par où devrais-je commencer ?

Aurelien Xavier
Invité

Tu peux aller sur le Mozilla Developer Network, tu auras toutes les ressources en terme de développement web (HTML, CSS, Javascript) et cela gratuitement.

Garnier Maxime
Invité

Bonjour,
En terme d’apprentissage de « code », le site du zéro est une référence ! Ils ont changé de nom et s’appellent désormais OpenClassroom, mais tu pourras commencer à apprendre de zéro. Commence par HTML/CSS, ensuite tu pourras voir ce que sont PHP et JavaScript (solutions parmi d’autres pour faire du web). Amuse toi bien ! http://openclassrooms.com/

Jean
Invité
Jean

Acheter soit un livre sur le sujet ou alors il y a de nombreux sites en ligne proposant des tutoriels ainsi que des espaces de discussion pour vous accompagner. Vous pouvez par exemple aller sur https://zestedesavoir.com/
Cordialement

wpDiscuz