Appel à tous les citoyens d’Internet

Lettre du directeur exécutif de la Mozilla Foundation, Mark Surman, au sujet de la lutte pour un Internet plus sain.

La première fois que je suis tombé amoureux d’Internet, au milieu des années 1990, il s’agissait d’un bien commun appartenant à tout le monde. Un lieu où chaque personne connectée pouvait publier ou créer ce que bon lui semblait, sans autorisation préalable d’un éditeur, d’un banquier ou d’un gouvernement. Quelle révélation ! Cette découverte m’a rendu très heureux, comme des millions d’autres personnes.

Depuis, Internet s’est développé, nous offrant toujours plus de possibilités de laisser libre cours à notre créativité et à notre inventivité collective ainsi qu’à l’expression de nos opinions personnelles. D’ici 2020, le Web comptera 5 milliards d’utilisateurs et sera composé de vastes domaines aussi ouverts et décentralisés qu’à l’époque. Du moins, tel est mon souhait.

Pourtant, lorsque Mark Zuckerberg, le patron de Facebook fait la une de The Economist, représenté en empereur romain, je me demande si Internet n’est pas en train de se diviser en quelques grands empires contrôlant les activités quotidiennes, comme effectuer des recherches, discuter avec des amis ou faire des achats. Est-ce qu’Internet peut réellement être ouvert et décentralisé ?

Facebook’s Mark Zuckerberg as a Roman emperor on the cover of The Economist (April 9-15, 2016)

De même, lorsque je découvre que des hackers ont pris le contrôle de millions de webcams et de magnétoscopes pour en faire une armée de machines zombies, je me demande si cette précieuse ressource publique peut rester sûre et fiable, si son âme peut survivre.

Ces questions sont aujourd’hui plus essentielles que jamais, puisque nous entrons dans une période où Internet commence, littéralement, à nous envelopper.

Pensez-y : nous sommes entourés d’un nombre croissant d’appareils connectés supposés nous « aider » dans tous les aspects de notre vie, manger, marcher, conduire, cultiver des ressources alimentaires, trouver une place de stationnement, faire l’amour, créer un gadget, avoir ou ne pas avoir d’enfant, gérer une ville, etc. En 2020, cet « Internet des objets » comptera plus de 20 milliards d’appareils qui collecteront des données en permanence.

L’Internet des objets, les systèmes autonomes, l’intelligence artificielle, ces innovations auront certainement un impact positif sur nos vies et nos sociétés. Cependant, elles bâtiront un monde où nous ne nous contenterons pas d’« utiliser » un ordinateur, nous vivrons en son sein.

Une telle évolution s’accompagne de nouveaux enjeux. Internet est devenu notre environnement et nous devons prendre conscience que son fonctionnement et son état de santé ont une incidence directe sur notre bonheur, la protection de notre vie privée, notre portemonnaie, nos économies et nos démocraties.

Voilà pourquoi l’état de santé d’Internet occupe mes pensées chaque jour dès le réveil et pourquoi je me focalise autant pour réussir à sensibiliser un nombre toujours plus élevé de personnes à cette problématique qui nous concerne tous.

Dans les années 1960, les écologistes étaient confrontés au même problème. Rares étaient les personnes au courant de la menace qui pesait sur la planète. Ils ont donc créé un mouvement mondial pour sensibiliser le public à des sujets pointus, tels que la couche d’ozone et les énergies renouvelables. Celui-ci a grandi, permis de modifier des réglementations et poussé de nombreuses entreprises à mener des activités en minimisant leur impact environnemental. Ils ont fait de l’environnement une question de société.

Un mouvement similaire est nécessaire pour défendre Internet. Nous devons aider le public à comprendre ce qui est en danger et comment les citoyens peuvent agir.

Avec Mozilla, nous avons donc commencé à travailler sur un rapport détaillant l’état de santé d’Internet. Il s’agit d’un projet open source visant à documenter et à expliquer comment se porte cette précieuse ressource publique. Nous espérons que vous partagerez, critiquerez et hackerez ce travail pour le développer.

La bonne nouvelle réside dans le fait que nous avons la possibilité d’influer sur l’état de santé d’Internet. Sa structure même le permet. Nous pouvons imaginer de nouveaux éléments et enseigner aux gens à tirer le maximum de ce dont nous disposons. Nous pouvons pointer du doigt les problèmes critiques et les résoudre. Je suis convaincu que, si nous réalisons cela ensemble, nous réussirons à faire croître et à alimenter un mouvement qui sera en mesure d’améliorer nettement l’état de santé d’Internet pour l’avenir.

Leave a Reply

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Charles
Invité
Charles

Pourquoi Mozilla Firefox met en moteur par défaut google alors que accusez ce genre d’entreprise de tous concentré ?

wpDiscuz